Loin d’une « nature toute puissante qui reprendrait ses droits » ou chercherait à « se venger », la crise sanitaire mondiale qui a mis la planète au pas serait en réalité une conséquence de nos modes de vie, où l’humain a oublié qu’il n’était pas seul sur Terre mais membre d’un tout. L’analyse de Marie-Pierre Puech, vétérinaire depuis quarante ans, fondatrice de Goupil Connexion et de l’Hôpital pour la faune sauvage.

Lire la suite…