Prises de positions concernant les animaux par les candidats à l’élection présidentielle de 2017

Publication des prises de position des candidats à l’élection présidentielle, au 30 mars 2017, par rapport aux propositions du Manifeste Animal Politique. 

Cinq candidats ont soutenu  partiellement des mesures en faveur des animaux.

Benoît HAMON a répondu positivement à 29 propositions sur 30. Il n’a pas répondu sur la corrida et les combats de coqs.

Nicolas DUPONT AIGNAN a répondu positivement à 26 propositions sur 30. Il a refusé de s’engager contre la corrida et les combats de coqs,  de réformer la chasse pour mieux protéger la faune sauvage et entre autres, de mettre fin aux pratiques douloureuses dans l’élevage.

Jean Luc MÉLENCHON a répondu positivement à 26 propositions sur 30. Il n’a pas approuvé la limite de la durée des transports d’animaux vivants et de mettre un terme à leur exportation en dehors de l’Union Européenne. Il refuse de remplacer la terminologie de « méthodes alternatives  » en Recherche par celle de « méthodes de remplacement » qui n’implique aucun animal, vivant ou tué à cette fin. Il refuse enfin d’interdire la présence et l’utilisation des animaux dans les cirques  ainsi que l’abolition des corridas et des combats de coq.

Jacques CHEMINADE à répondu positivement à 22 propositions sur 30. Il refuse de mettre fin aux pratiques d’élevage douloureuses, (castrations à vif, écornages, gavage…) et de limiter la durée des transports d’animaux vivants. Il refuse aussi de mettre un terme à leur exportation hors de l’Union Européenne. Il refuse d’instituer des sanctions pénales effectives et dissuasives en matière d’expérimentation animale. Il refuse de mettre un terme à la présence et à l’utilisation d’animaux dans les établissements de spectacles. Il est contre l’instauration d’une politique de stérilisation et d’identification des animaux domestiques par des incitations fiscales et des campagnes d’information. Il refuse de réformer la chasse, de permettre aux associations de se constituer partie civile pour toutes les infractions concernant les animaux, et d’instaurer un système de recueil de données chiffrées dans tous les domaines impliquant des animaux.

Marine LE PEN  a répondu positivement à 20 propositions sur 30. Elle a refusé en particulier d’abolir les corridas et les combats de coqs, de mettre fin à la présence des animaux dans les cirques, de reconnaître aux animaux sauvages le statut d’êtres vivants doués de sensibilité. Elle a refusé également de légitimer les politiques de protection animale en instituant un organe autonome dédié aux animaux, indépendant du ministère de l’ Agriculture, accordant une place significative aux associations de protection animales compétentes.

Les candidats restants, soit 6 candidats sur 11, se sont pour l’instant abstenus de répondre. Il s’agit de Nathalie ARTHAUD, François ASSELINEAU, François FILLON, Jean LASSALLE, Emmanuel MACRON et Philippe POUTOU.  A propos de ces candidats, précisons que devant les chasseurs, François FILLON a déclaré vouloir maintenir la corrida en France, le foie gras et toutes les formes de chasses. Emmanuel MACRON devant les chasseurs également, a proposé la réouverture des chasses présidentielles (chasses à cour). Jean LASSALLE s’est déclaré également favorable aux corridas et à la chasse.

Dès que de nouvelles informations arriveront, nous réactualiserons cet  article.